Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Myrtille Photographe Voyages en Palestine

Jérusalem, Vieille ville

29 Février 2008 , Rédigé par Myrtille Photographe Publié dans #1 jour 1 photo

PAL-7-032_32-B.jpg

Aujourd'hui, je suis allée au Centre Culturel Franco-allemand de Ramallah pour les cadres de l'expo.
Je dois aller demain au labo de Jérusalem pour faire faire les tirages.
3 vernissages sont prévus au lieu de 2 : Jérusalem le 06, Naplouse le 08 et Gaza le 10.

1ère journée de printemps super agréable : c'est la 1ère journée sans pull. Il faisait tellement bon que j'en ai oublié mon pull à Ramallah... ;)

2ème fois aussi que je passe le check-point de Ramallah pour revenir. C'est un peu comme à l'aéroport, chaque personne qui passe de l'autre côté doit montrer "patte blanche" avec les dectecteurs de métaux, vérification d'identité, sauf que c'est pour faire une dizaine de kilomètres....

Les autres fois j'étais rentrée en minibus blanc et vert, aujourd'hui j'ai pris un "services" le taxi jaune collectif pour aller jusqu'au check-point puis un minibus. En fait, je suis hébergée à côté de Ramallah, je ne m'en étais même pas rendue compte... Tout paraît loin alors que tout est à côté.

Photo : Quartier Chrétien.
Lire la suite

Ramallah

28 Février 2008 , Rédigé par Myrtille Photographe Publié dans #1 jour 1 photo

PAL-8-223_1.JPG
Centre ville.
En direction des Lions de Manara.
Lire la suite

Les Lions de Manara, Ramallah

27 Février 2008 , Rédigé par Myrtille Photographe Publié dans #1 jour 1 photo

PAL-8-224_1.JPG

La place centrale sur laquelle on se donne rdv, où l'on prend un taxi, où l'on traverse en plein milieu sans trop se soucier des voitures qui claxonnent.
Lire la suite

Porte de Damas à Jérusalem

26 Février 2008 , Rédigé par Myrtille Photographe Publié dans #1 jour 1 photo

PAL-8-156_1-copie-1.JPG

Photo touristique, je vous l'accorde.
Un samedi, donc le jour du Shabbat, où les musulmans sortent.
Ce jour-là, j'ai senti une bonne atmosphère et il y avait tellement de monde dans la vieille ville qu'il y avait des passages difficiles pour passer. Ca m'a un peu rappelé les heures de pointe à Chatelet-les-Halles...

Lire la suite

Le Bâteau ivre du Mont des Oliviers

26 Février 2008 , Rédigé par Myrtille Photographe Publié dans #1 jour 1 photo

PAL-8-057-B_1.jpg

Pourquoi avoir choisi cette photo... c'est sans doute celle qui se rapproche le plus des mouvements de mon âme ces jours-ci.
Je ne peux donc résister à y inclure le poème d'Arthur Rimbaud que j'aime beaucoup.

Le bateau ivre

Comme je descendais des Fleuves impassibles,
Je ne me sentis plus guidé par les haleurs :
Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles,
Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.

J'étais insoucieux de tous les équipages,
Porteur de blés flamands ou de cotons anglais.
Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages,
Les Fleuves m'ont laissé descendre où je voulais.

Dans les clapotements furieux des marées,
Moi, l'autre hiver, plus sourd que les cerveaux d'enfants,
Je courus ! Et les Péninsules démarrées
N'ont pas subi tohu-bohus plus triomphants.

La tempête a béni mes éveils maritimes.
Plus léger qu'un bouchon j'ai dansé sur les flots
Qu'on appelle rouleurs éternels de victimes,
Dix nuits, sans regretter l'oeil niais des falots !

Plus douce qu'aux enfants la chair des pommes sures,
L'eau verte pénétra ma coque de sapin
Et des taches de vins bleus et des vomissures
Me lava, dispersant gouvernail et grappin.

Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème
De la Mer, infusé d'astres, et lactescent,
Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême
Et ravie, un noyé pensif parfois descend ;

Où, teignant tout à coup les bleuités, délires
Et rhythmes lents sous les rutilements du jour,
Plus fortes que l'alcool, plus vastes que nos lyres,
Fermentent les rousseurs amères de l'amour !

Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes
Et les ressacs et les courants : je sais le soir,
L'Aube exaltée ainsi qu'un peuple de colombes,
Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir !

J'ai vu le soleil bas, taché d'horreurs mystiques,
Illuminant de longs figements violets,
Pareils à des acteurs de drames très antiques
Les flots roulant au loin leurs frissons de volets !

J'ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies,
Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs,
La circulation des sèves inouïes,
Et l'éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs !

J'ai suivi, des mois pleins, pareille aux vacheries
Hystériques, la houle à l'assaut des récifs,
Sans songer que les pieds lumineux des Maries
Pussent forcer le mufle aux Océans poussifs !

J'ai heurté, savez-vous, d'incroyables Florides
Mêlant aux fleurs des yeux de panthères à peaux
D'hommes ! Des arcs-en-ciel tendus comme des brides
Sous l'horizon des mers, à de glauques troupeaux !

J'ai vu fermenter les marais énormes, nasses
Où pourrit dans les joncs tout un Léviathan !
Des écroulements d'eaux au milieu des bonaces,
Et les lointains vers les gouffres cataractant !

Glaciers, soleils d'argent, flots nacreux, cieux de braises !
Échouages hideux au fond des golfes bruns
Où les serpents géants dévorés des punaises
Choient, des arbres tordus, avec de noirs parfums !

J'aurais voulu montrer aux enfants ces dorades
Du flot bleu, ces poissons d'or, ces poissons chantants.
- Des écumes de fleurs ont bercé mes dérades
Et d'ineffables vents m'ont ailé par instants.

Parfois, martyr lassé des pôles et des zones,
La mer dont le sanglot faisait mon roulis doux
Montait vers moi ses fleurs d'ombre aux ventouses jaunes
Et je restais, ainsi qu'une femme à genoux...

Presque île, ballottant sur mes bords les querelles
Et les fientes d'oiseaux clabaudeurs aux yeux blonds.
Et je voguais, lorsqu'à travers mes liens frêles
Des noyés descendaient dormir, à reculons !

Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses,
Jeté par l'ouragan dans l'éther sans oiseau,
Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses
N'auraient pas repêché la carcasse ivre d'eau ;

Libre, fumant, monté de brumes violettes,
Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur
Qui porte, confiture exquise aux bons poètes,
Des lichens de soleil et des morves d'azur ;

Qui courais, taché de lunules électriques,
Planche folle, escorté des hippocampes noirs,
Quand les juillets faisaient crouler à coups de triques
Les cieux ultramarins aux ardents entonnoirs ;

Moi qui tremblais, sentant geindre à cinquante lieues
Le rut des Béhémots et les Maelstroms épais,
Fileur éternel des immobilités bleues,
Je regrette l'Europe aux anciens parapets !

J'ai vu des archipels sidéraux ! et des îles
Dont les cieux délirants sont ouverts au vogueur :
- Est-ce en ces nuits sans fonds que tu dors et t'exiles,
Million d'oiseaux d'or, ô future Vigueur ?

Mais, vrai, j'ai trop pleuré ! Les Aubes sont navrantes.
Toute lune est atroce et tout soleil amer :
L'âcre amour m'a gonflé de torpeurs enivrantes.
Ô que ma quille éclate ! Ô que j'aille à la mer !

Si je désire une eau d'Europe, c'est la flache
Noire et froide où vers le crépuscule embaumé
Un enfant accroupi plein de tristesse, lâche
Un bateau frêle comme un papillon de mai.

Je ne puis plus, baigné de vos langueurs, ô lames,
Enlever leur sillage aux porteurs de cotons,
Ni traverser l'orgueil des drapeaux et des flammes,
Ni nager sous les yeux horribles des pontons.

Lire la suite

Je peux enfin commencer a mettre des mots

25 Février 2008 , Rédigé par Myrtille Photographe

J aurais mis du temps a pouvoir prendre le bus, a sortir de ma coquille en quelques sortes, pouvoir prendre un taxi, parler avec un anglais a couper au couteau, demander mon chemin aux passants, entrer dans une boutique pour faire des petites courses, savoir quelques mots en Arabe.... tout cela est tres recent.

Je peux aussi mettre des mots/maux sur les raisons pour lesquelles je n arrive pas a retrouver ma voix. Ni a guerir de ce vilain coup de froid.
Face a ce que je vois, ce que j entends et ce que je ressens, je ne peux pas parler... et la gorge me brule tellement je voudrais parler mais impossible. J ai tout aussi mal de ne pouvoir pleurer.
C est comme si un mur s etait incidieusement glisse dans ma gorge pour que je puisse ni parler ni exprimer quoi que ce soit. Ai je le droit, au fond, moi qui suis une petite francaise qui ne vit pas l occupation dans mon pays, qui ait un toit et de quoi manger, qui n ait pas de freres ni soeur en prison, qui n ait pas perdu un pere, un frere ou plusieurs membres de ma famille a la guerre?
Comme si ce mur m interdisait l emotion, de me complaire, pour avancer, continuer, rester digne, debout, comme eux, comme elles qui continuent de travailler pour nourir une famille entiere parce que leur mari est malade, parce qu elles veulent donner la possibilite a leurs enfants de faire des etudes...

Chaque jour est une lecon. Que ce soit dans la rue, chez une famille, pendant un spectacle comme le Collier d Helene que j ai decouvert a Jerusalem, en parlant avec des occidentaux qui travaillent ici. Chaque jour je recois, j espere pouvoir donner un jour autant de richesse.

Mon projet d exposition n est qu une goutte d eau dans l ocean des besoins d ecoute et de parole du monde, de prise en compte de l autre, de son parcours, de ses souffrances.

Il est extremement dure d entendre une femme dire qu elle ne veut plus dire de message tant que le monde n aura pas des oreilles pour entendre ni de bouche pour parler de leur situation ici afin que cela change. 20 ans qu elle parle aux journalistes du monde entier, aucun changement constate.
Lire la suite

1 jour 1 photo

24 Février 2008 , Rédigé par Myrtille Photographe Publié dans #1 jour 1 photo

comme il y a du relachement
que je suis a ramallah
que je vais devoir quitter mon couvent sniff mais je ne serai plus reveillee a 5h tous les matins
demenager donc pour etre hebergee
et partir encore a la quete de quelques signatures
je rattraperai d ici peu mon retard 1 jour 1 photo
en 1 jour plusieurs photos peut etre 10 ou peut etre beucoup plus
j ai beaucoup de photos en attente a vous faire decouvrir

je dois aussi preparer comme il se doit mon expo

vernissage le 6 mars a jerusalem
puis vernissage le 8 mars a naplouse
dans les Centres Culturels Francais

aujourd hui j ai eu le plaisir de photographier une femme originaire de gaza et qui vit a ramallah pour y travailler
je vais donc peut etre faire Ramallah by night ce soir...
chouette non ?
Lire la suite

Cassée... ma voix et je cours

22 Février 2008 , Rédigé par Myrtille Photographe Publié dans #1 jour 1 photo

PAL-7-027_27.JPG
Cet après-midi, je vais au Mont des Oliviers pour retrouver les femmes que j'ai photographiées afin de leur faire signer 1 autorisation d'utilisation des images pour les expos, en compagnie de mon interprète.

Programme des jours prochains : Nazareth, Ramallah et j'espère le village d'Artas.

Hier soir, j'ai été au concert de Julien Speedy Gonzales : un très bon accordéoniste et très sympa en plus. On a dîné après avec l'équipe du CCF, et comme il loge au même endroit que moi, on a finit la soirée avec thés, cafés et clopes sur la terrasse du couvent à bavarder de choses et d'autres. Du coup, la nuit a été un peu courte tellement on a parlé, mais belle rencontre.
Lire la suite

Froid, repos et bataille de polochons...

19 Février 2008 , Rédigé par Myrtille Photographe

Apres quelques somnolences, une sieste pendant une longue coupure d electricite, ensuite quelques dessins animes et autres series vaguement comprises a la TV, un oeil clos et l autre ouvert pour ne pas perdre completement le fil de la journee et de ce qui se passe autour de moi, un bon repas chaud familial, une bonne discussion en english avec une jeune femme rencontree l an dernier.... une enorme bataille de polochon familiale entre filles... C est vrai que la coupure d electricite, ca veut dire 1 radiateur pour toute la maison et donc pour toute la famille, ce qui rapproche un peu, et en cas de frissons recalcitrants, on partage une couverture sur le canape.

En resume : GENIAL.

ca n a pas fait partir mon espece de rhume mais une ambiance comme ca j adore.

Demain, je compte retourner a Jeru et reprendre mon rythme. Faire des photos de femmes a Bethleem avant de rentrer dans mon cher couvent... lol

Lire la suite

il neige, je suis malade...

19 Février 2008 , Rédigé par Myrtille Photographe

Aujourd hui pas de photo, je suis partie de Jerusalem hier pour aller rendre visite a une famille tres sympa que j ai rencontree l an dernier.
Ils habite le camp de Deiheshe pres de Bethlehem.

Comme il neige ici, tout est ralenti. Faut dire tant mieux pour moi car j ai attrape froid, sans doute a cause des gros ecarts de temperature auxquels je ne suis pas habituee.

J espere tout de meme pouvoir sortir un peu pour prendre quelques photos enneigees avant de revenir a Jeru...
Lire la suite
1 2 > >>